2022 : CAP* sur la privatisation de la fonction publique…

Objectif du « Comité Action Publique »* 2022 : privatisation de la fonction publique.

Le 13 octobre 2017, le Premier Ministre, Édouard Philippe présentait le « Comité Action Publique 2022 ou CAP22» dont le but avoué est d’élaborer une série de mesures sur la transformation de la fonction publique et des services publics afin de moderniser l’État.

Quelles sont les missions de ce comité ? On distingue surtout les objectifs suivants :

  • « Améliorer la qualité des services publics »
  • « Offrir aux agents publics un environnement de travail modernisé »
  • « Mettre l’État à l’heure de la numérisation »

Mais aussi et surtout « accompagner la baisse des dépenses publiques » (l’idéal serait, pour le gouvernement, de passer de 57 % à 54 % de part des dépenses publiques).

Il s’agit donc bien de revoir profondément et durablement les missions de l’ensemble des acteurs du service public afin de réduire les dépenses publiques.

« Cet objectif de réduction des dépenses amènera le comité à s’interroger sur le niveau de partage de chaque politique publique et sur l’opportunité de son maintien ».

Il pourra donc proposer des transferts entre les différents niveaux de collectivités publiques, des transferts au secteur privévoire des abandons de mission » a déclaré le Premier Ministre.

On ne peut que s’inquiéter face à cette feuille de route, et même, envisager le pire.

Il faut ici rappeler que le « Comité Action Publique 2022 » pourra s’inspirer des travaux de la commission Attali (dont certains membres font dès aujourd’hui partie du comité) ; parmi quelques mesures phares on retrouvera certainement :

– Simplifier l’administration…

Mais aussi et surtout :

– Supprimer 120 000 postes de fonctionnaires en cinq ans.
– Établir un vrai dialogue avec le privé en lui accordant des co-gestions avec l’État.
– Abandonner les missions qui peuvent être facilement conduites par le privé.
– Externaliser des fonctions de l’administration comme les ressources humaines ou la gestion de l’immobilier confiée au privé.
– Poursuivre la politique des partenariats public-privé.
– Accroître l’attractivité du secteur hospitalier pour la clientèle étrangère fortunée.
– Privatiser ports et aéroports.

C’est donc bien une remise en cause totale du rôle du service public en France et, à terme, c’est le pacte républicain lui-même qui est menacé.

LAURENT DELBECQ2022 : CAP* sur la privatisation de la fonction publique…